Histoire d’écrire #27 Comment faire des dialogues percutants ?

Écrire un dialogue n’est pas facile. On peut être un très bon écrivain, avoir un style fluide, et buter sur les dialogues. Nous allons voir dans cet article quels sont les principales difficultés du dialogues, les différents moyens de les écrire, quelques astuces, et comment dynamiser les dialogues avec… Ce que l’on met autours des dialogues !

Un dialogue, c’est quoi ?

Tag, You’re It!: Why Simple Dialogue Tags Are Your Friend

Faisons simple : c’est un échange entre plusieurs personnages (une seule personne parle : monologue). Cette partie prend une place plus ou moins considerable dans une histoire, allant du néant à l’ensemble du livre (« Péplum », d’Amelie Nothomb).

Péplum de Amelie Nothomb - Livre Achat Vente Neuf Occasion
Sympathique

Mais, contrairement à la narration, un dialogue n’est pas le fruit du style du narrateur, mais de ceux qui parlent. Et c’est toute la difficulté et le paradoxe du dialogue : l’auteur doit céder sa place de narrateur, et laisser parler d’autres personnes, tout en laissant cela cohérent avec le reste de l’histoire.

A partir de là, il y a deux possibilités. Soit vous considérez que le dialogue n’est effectivement qu’une extension de votre narration. Après tout, c’est vous qui racontez l’histoire, et c’est vous qui décidez quels mots, quel style, mettre dans la bouche de vos personnages. Vous gagnerez, peut être, en fluidité (tout votre texte sera uni), mais vous y perdrez en cohérence (certaines tournures, qui vous sont propres, peuvent ne pas paraître pertinente dites par l’un de vos personnages).

L’un des grands tenants de cette pratique est Yasmina Khadra. Je ne vais citer qu’un de ses livresn mais tout ceux que j’ai lu possède la même logique : l’Attentat. Les discutions entre les protagonistes sont prétextes à des échanges philosophiques de haute volée, certes peu réalistes, mais fascinantes à lire.

L'attentat - Yasmina Khadra - Babelio
Un petit bijou

L’autre solution est de réfléchir à la manière, propre à chacun, de parler. Que chaque personnage, en fonction de sa personnalité, son habitude, va s’exprimer d’une manière bien particulière. A vous de la trouver.

L’avantage de ce choix, c’est que vous gardez une cohérence avec vos personnages. L’inconvénient, c’est que varier de style peut être inconfortable à la lecture, et empêcher une véritable immersion.

Et bien sûr, il existe une infinité de choix entre ces deux extrêmes.

Les trucs pour écrire un dialogue :

L’une des problématiques principales, en écrivant un dialogue, c’est de trouver le style « oral »… Mais à l’écrit !

Cette transcription n’est pas toujours facile. Et la tentation est forte de raboter les mots, les négations, pour donner cette impression de fluidité parlée. Sauf que… Généralement, le rendu est illisible ! Car c’est là la complexité de la chose : il faut lire quelque chose qui est parlé. Aussi, il faut effectuer une adaptation de ces paroles.

Voici une solution très simple que je vous conseiller : écrivez les dialogues dans le même style que vous écrivez dans votre correspondance privée, avec des amis. Non pas comme vous parlerez, mais écrirez. La fluidité naturelle de l’écriture personnelle rendra parfaitement, à l’écrit, ce que le narrateur veut dire, à l’oral.

Méfiez vous des trops grandes coupures de mots.

Je reviens donc sur ce point : méfiez vous des trop grandes coupures de mots. Si vous retranscrivez à l’écrit exactement ce que vous entendez à l’oral, cela ne marchera pas.

« J’l’ai vu, l’t’ais pas au top »

Vite fatiguant.

Sans couper les mots, il existe pleins de moyens d’ajouter du dynamise et du « réalisme » à votre dialogue : vous pouvez par exemple abolire la première partie des négations :

« Je l’ai pas vu »

Et privilégier les phrases courtes :

« T’as vu ? Je l’ai fait. C’est fou ! »

Vous pouvez également mettre les éléments narratifs littéralement entre parenthèses, pour rester dans le dialogue.

« Tu vois ça (il désigna la boîte). C’est elle qui va tout changer. »

Mettre du dynamisme autours des dialogues.

De même, plutôt que faire des coupures narratives, vous pouvez sous entendre ce que font vos héros, à travers ce qu’ils disent. Ainsi, en lisant les paroles, le lecteur s’imagine l’action.

« Tu vois, si j’appuie sur ce bouton ? C’est la ville entière qui va sauter. »

(On devine qu’il désigne le bouton, en disatn cela)

Enfin, dernier truc : vous pouvez tout simplement lire le dialogue à voix haute. Après tout, c’est un échange oral. Vous verrez si vous lecture est fluide et dynamique, et pourrez changer en fonction.

Autours du dialogue.

Dialogue

Ce qui entours le dialogue est aussi important. Les « didascalies » théatrales. Les informations autours des paroles.

Pour ce faire, il y a aussi plusieurs trucs.

Déjà, évitez les verbes « faibles », c’est à dire : « dire, faire, répondre ». Trouvez des mots équivalents, mais avec une précision plus importante, témoignant de l’état d’esprit du personnage.

« Ce n’est pas ça ! hurla-t-il. »

« Tu ne me comprends pas, tu ne m’as jamais compris, sanglotait-elle. »

« Il est l’heure, chuchota-t-il. »

L’oeil humain ne s’arrêtant pas à chaque mot, mais lisant la phrase dans sa globalité, va colorer la phrase dîte de la tonalité suggérée par le verbe d’action.

Vous pouvez également, tout simplement, couper le dialogue, pour signaler un état d’esprit du personnage.

« Ce n’est pas possible ! »

Il se tenait, droit et décida. Andréa tenta une nouvelle fois :

« Tu m’as dis que tu le feras ».

Il secouait la tête, inflexible :

« Ce n’est pas possible. »

Notez que dans cet exemple là, pas une seule fois que je ne dis que les personnages parlent. Je le suggère à chaque fois. C’est un autre truc, pour ajouter du dynamisme.

En conclusion.

Le dialogue est une part essentielle de la narration. Vous pouvez vous contentez de les écrire, comme simples éléments d’information, mais il est bien plus important de les utiliser pour exprimer les émotions de vos personnages de manière plus directe, et empirique, qu’en l’expliquant. Les dialogues apportent quelque chose à votre histoire. Ils ne font pas que la compléter. J’espère que ces quelques conseils vous aideront à les formaliser !

N’hésitez pas si vous avez des questions, il y a une belle section commentaire juste dessous !

La semaine prochaine, nous verrons comment simplifier votre style d’écriture ! D’ici là, portez vous bien !

Antonin A.

—-

J’espère que ce conseil d’écriture vous a plu !

Rappel : vous pouvez recevoir les prochains directement dans votre boîte de réception, en vous abonnant à ce blog en haut à droite de cette page (garantie sans spam ;)).

Si vous aimez ces articles, le meilleur moyen de me soutenir, c’est de le partager sur vos réseaux sociaux favoris ;).

D’ailleurs, vous pouvez me suivre :

Sur Facebook
Sur Twitter

Sur Instagram

Pour consulter les autres articles Histoire d’Ecrire, c’est par ici.
Pour en savoir plus sur mon livre Interfeel, cliquez ici !

Enfin, laissez un petit commentaire ci-dessous, sympa, curieux, peu importante ! Le plus important dans un blog, c’est le dialogue !

A propos Antonin Atger

Ecrivain, mon livre Interfeel est disponible aux Editions Pocket Jeunesse : https://www.lisez.com/livre-grand-format/interfeel/9782266248280
Cet article, publié dans Conseils d'écriture, Histoire d'écrire, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s