Histoire d’écrire #14 Comment prendre du recul sur ce que l’on écrit ?

La question qui fâche

Commençons par la question qui, parfois, fâche : pourquoi prendre du recul sur ce qu’on écrit ? Pourquoi ne pas simplement se laisser porter par son flot littéraire, sa verve romanesque, et présenter son œuvre, brut, donc authentique.

Car il existe ce que l’on appelle la perception subjective. Et comme je le rappelais dans l’article « Pour qui écrire », si on écrit pour les autres, il faut en tenir compte, des autres. Cela ne veut pas dire lisser son style mais, au contraire, l’affuter. Et pour cela, et il enlever le nez du tableau de votre histoire et voir l’ensemble.

L’exemple du rêve

Prenez un exemple onirique : vous faite un rêve fabuleux, vous volez dans un ciel éthéré, nappé de forme somptueuse. Si vous racontez votre rêve, et que vous disez simple : « je volais », vous ressentez à travers ces simples mots vos sensations de vertige, de légèreté, de liberté. Mais la personne qui écoute n’entendra que « je volais », sans toutes les émotions qui lui sont rattachés. Au pire raccrochera-t-il ces mots à des souvenirs personnelles, mais n’est pas ce que vous vouliez raconter. Il faut donc rajouter des détails que vous connaissez, mais pas l’autre, pour quitter la simple explication de votre rêve, aux ressentis que vous voulez partager.

Si vous prenez ce recul, vous remarquerez alors que ce que vous pensiez clair ne l’était pas forcément, et ce que vous pensez complexe était tellement évident que vous n’aviez pas besoin de sur-expliquer l’ensemble des étapes.

Sauf que voilà : prendre du recul sur son propre texte, c’est compliqué. Plus difficile qu’une musique où l’on peut noter la fausse note à l’oreille, ou le manque de proportion d’un dessin au premier regard. L’écrit est  personnel, il passe par notre propre intellect, et notre propre interprétation. Difficile donc de repérer l’éléphant qui cache la forêt, ou l’arbre dans la pièce.

Voici quelques astuces que j’utilise pour voir son texte d’un peu plus loin, pour pouvoir le rapprocher des lecteurs.

Image result for tableau d'école remplit de formules
L’important, c’est de prendre du recul !
https://fr.depositphotos.com/92954012/stock-photo-teenager-and-blackboard.htm

Imprimer son texte.

Votre texte, sur sa page numérique, vous le connaissez. Changez donc de format pour le lire certes toujours face à la feuille, néanmoins sous un autre angle. Et l’impression permet, justement, d’en avoir une nouvelle, d’impression. Armez vous d’un stylo (mais oubliez le rouge, vous n’êtes plus à l’école), et soulignez avec bienveillance mais honnêteté les passages, mots qui vous gênent. Créez votre propre code de relecture par exemple : mots barrés = à supprimer. Soulignés en vaguelettes = à modifier. Un triangle (conspirationnnn !!!) : à développer.

Si des considérations écologiques vous freine dans votre débit de papier, je le comprends parfaitement (mais sachez que le papier n’est pas tant ecocide que cela, pas forcément plus que blinder un email de pièces jointes), vous avez aussi la solution PDF. Le PDF est, techniquement, une impression numérique de votre document et figurez vous que, vive l’effet Placebo, ça marche ! Vous voyez votre texte différemment, et vous avez une furieuse envie de reprendre votre texte Word pour y appliquer des corrections que vous n’auriez pourtant pas vu sur le document original.

Lire sur un smartphone.

Il est de bon ton de dénigrer le smartphone, généralement d’ailleurs en postant un tel message véhément sur les réseaux sociaux envoyés… de son Smartphone ! Alors oui, on peut faire plein de critiques : chronophage, obsolescence programmé, coût écologique… dans un autre registre, on associe souvent le Smartphone comme de l’anti littérature : avant, les gens lisaient, maintenant, ils jouent à Candy Crush… Oui oui oui, mais comme tous les outils, tout dépend de l’utilisation qu’on en fait. Or, pour prendre du recule sur votre texte, vous pouvez aussi le lire de votre Smartphone !

Le plus simple pour cela est de le mettre sur un document texte basique (.txt), le mette sur le « Cloud » (Dropbox, One Drive, Google Drive, celui que vous voulez) et le lire via une application.

Pourquoi lire sur Smartphone ? Et bien, comme le pdf, c’est un format différent, qui vous apportera donc un regard tout aussi différent sur le texte. Aussi, ne sous estimez pas l’importance du contexte : si un texte papier se lit à un bureau ou dans un cadre formel, le smartphone se consulte, par exemple, dans les transports en commun. Contexte différent vous permet de votre votre texte d’une manière… Vous avez deviné :).

Pour la petite histoire, j’écris beaucoup sur mon Smartphone, notamment nombre de ces articles, que je mets ensuite en page (avec plus ou moins de succès :)) sur ordi.

Lâchez votre texte

demo 24
Regardez comme ils ont l’air content de lâcher leur texte !

https://www.freepik.es/fotos-premium/sonrisa-feliz-gente-negocios-tirar-papeles-documentos-volar-aire-exito-trabajo-concepto-exito-empresarial_1381146.htm

Détachez-vous, littéralement, de votre texte ! Faite du sport, allez dormir (pas en même temps, les deux sont généralement incompatibles – merci d’éviter les blagues graveleuses en commentaire :)). Il faut juste que ce soit une vraie coupure, que vous sentiez poussé par nécessité, et non un simple prétexte pour ne pas affronter un problème syntaxique que vous espérez voir disparaître pendant la nuit ! La nuit porte certes conseil, mais ne fait pas le travail à votre place :).

Au lit !

La nuit porte conseille. Je ne vais pas expliciter ici toutes les études qui le prouvent mais je pense que déjà, empiriquement, vous le savez. Lâchez votre texte, allez dormir, et reprenez le frais comme un gardon le lendemain ! Votre esprit sera plus clair, votre regard plus affûté.

Lire son texte à haute voix.

Dans l’ancien français, entendre voulait dire comprendre. On retrouve ce sens en espagnol avec le mot « entender », comprendre, un faux ami qui donne des sueurs froides à tout élève espagnol LV2 qui se respecte. Quelques expressions françaises ont également subsisté : on s’entend bien avec quelqu’un, on est en bonne entente…

Le lien entre l’oralité et la compréhension semble donc assez évident. A vous désormais de l’appliquer ! Lisez à haute voix ! Frottez ces mots fragiles à vos cordes vocales, pour faire des étincelles. Difficile, oui, mais nécessaire. Les petites erreurs de texte que vous cachiez dans votre lecture silencieuse trouver soudain un écho, littéral, à l’extérieur. Et une nouvelle fois, vous « entendrez » mieux votre texte !

Le faire lire aux proches.

Le regard extérieur est important, déjà, pour les conseils qu’il peut apporter. Mais aussi, car le simple fait de savoir que quelqu’un d’autre va lire ce que vous écrivez va vous apporter un autre regard. Le vôtre, mais avec du recul. Vous comprenez ?

Attention néanmoins à ne pas vous mettre une pression excessive à cause de cette lecture des tiers. Noubliez pas comment vous devez choisir vos bêta lecteurs : bienveillant mais sincère, sincère mais bienveillant.

Résultat de recherche d'images pour "lire son histoire à voix haute"
Avantage collatérale : lire à voix haute permet de bien s’entendre !

http://rire.ctreq.qc.ca/2014/04/lecture_voix_haute/

J’espère que ces conseils vous aiderons ! Et vous, comment fait vous pour prendre du recul sur votre texte ?

A bientôt !

Antonin A.

—-

J’espère que ce conseil d’écriture vous a plu !

Rappel : vous pouvez recevoir les prochains directement dans votre boîte de réception, en vous abonnant à ce blog en haut à droite de cette page (garantie sans spam ;)).

Si vous aimez ces articles, le meilleur moyen de me soutenir, c’est de le partager sur vos réseaux sociaux favoris ;).

D’ailleurs, vous pouvez me suivre :

Sur Facebook
Sur Twitter

Sur Instagram

Pour consulter les autres articles Histoire d’Ecrire, c’est par ici.
Pour en savoir plus sur mon livre Interfeel, cliquez ici !

Enfin, laissez un petit commentaire ci-dessous, sympa, curieux, peu importante ! Le plus important dans un blog, c’est le dialogue !

A propos Antonin Atger

Ecrivain, mon livre Interfeel est disponible aux Editions Pocket Jeunesse : https://www.lisez.com/livre-grand-format/interfeel/9782266248280
Cet article, publié dans Conseils d'écriture, Histoire d'écrire, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s