Histoire d’écrire #26 Ce que les règles du dessin nous apprennent sur l’écriture

Le dessin implique des règles. Bien sûr, il est possible de faire sans, bien sûr, il est possible de donner l’impression de ne pas en avoir. Mais, par exemple, la confection d’un visage réaliste, suit un processus de création qui n’est certe pas indispensable, mais bien utile pour comprendre et la construction du dessin et, par extrapolation, la structure d’un texte. Explications :

PS : tous les screens shots sont extraits d’une vidéo du dessinateur / profs de dessin en ligne qui m’a gentillement autorisé à les utiliser ! Pour voir la vidéo complète, par ici (je la mettrais aussi en bas ).

Et pour avoir plus d’informations sur ce qu’il propose : https://www.apprendre-a-dessiner.org/

La feuille blanche.

L’angoisse de la feuille blanche peut elle exister aussi pour le dessinateur ? J’imagine que oui. Au niveau de l’écriture, je vois deux raisons, bien différente, à l’angoisse de la feuille blanche :

Si vous n’avez pas d’idées, c’est qu’il n’est pas encore temps pour vous d’écrire :). N’hésitez pas à vous reporter à mes articles pour « trouver l’inspiration ».

Si vous avez trop d’idées, les règles du dessin peuvent vous être utile. Car plutôt que de partir dans un fouillis de personnages ou d’éléments éparses, générant plus le chaos que la créativité, vous allez apprendre à structurer vos idées, avant de les poser sur le papier. Commençons.

Tracer les formes essentielles.

Un dessin, au début, ce sont quelques lignes, généralement des formes géométriques : cercle, sphère, cube, ligne droit. Tout dessin peut de résumer à ces traits forts et symboliques.

La leçon à tirer est que, en dessin comme en écriture, il est important de savoir distinguer ce qui est essentielle de ce qui ne l’est pas.

Attention : le non essentiel devra aussi se mettre ! Il donnera de l’épaisseur, du relief, au dessin comme au texte. Mais il ne faut pas commencer par lui. Il faut commencer par la colonne vertébrale, sphère, carré et, pour l’écrit : événement principal, personnage principal, trame narrative.

Pourquoi c’est important ? Car cela vous apprend à voir au delà des apparences. Le dessinateur, en traçant ce cercle, ce cube, voit déjà le dessin final à travers ces formes. De même, en écrivant la trame narrative principale, vous devez être en mesure de deviner le potentiel de votre histoire.

Un des nombreux conseils en dessin sera que, lorsqu’on commence une séance, il faut s’entraîner à faire des formes « simples », des cercles par exemple (d’où les guillemets, car faite donc un cercle à main levée !). Ce que je préconise pour l’écriture, ce n’est pas d’écrire des trames narratives simples avant chaque séance, mais de commencer pour aventure dans l’écriture avec justement des histoires simples, à l’intrigue claire (j’ai commencé par les nouvelles : excellente école d’apprentissage). Ensuite, complexifiez. Il est toujours impératif de connaître et maitriser les structures de base, pour avoir des fondations solides dans votre art. Et cela, je pense, fonctionne pour tous les arts, et pas seulement l’écriture ou le dessin (les gammes en musique, les mélanges de base en cuisine…)

Placer les traits secondaires

Revenons à votre dessin. Vous avez les formes basiques, très bien. Vous y avez réfléchit, chaque trait est à sa place (vous pourrez faire évoluer ces formes après, mais cela ne se fera qu’à la marge.) A present, places aux traits secondaires !

Les traits secondaires, c’est quoi ? Ceux qui ne sont pas nécessaires pour comprendre ce qu’il se passe, mais qui permettent de le saisir. Nous sommes déjà dans une étape d’affinage (je ne parle pas de fromage :)).

Les liants.

Maintenant que vous avez toute cette structure, vous pouvez enfin donner corps à vos personnages, forts de la structure solide que vous avez. Désormais, cette sphère peut devenir un visage, ces cubes un corps, ces bouts de cercle les jonctions, etc.

Pareil pour l’écriture. Maintenant que vous avez établis toutes les péripéties, vous pouvez donner du liant à vos actions. Vous avez, enfin, le support assez solide pour laisser court à votre créativité.

(sachant que cette créativité s’est également développée durant le tracer de ces formes de base, mais elle était moins évidente et, peut être, plus contraignante).

Ajoutez les détails.

Alors que le dessin semble terminé, et l’histoire complète, le plus long reste à faire… mais pas le plus difficile ! Si votre structure est solide, si vous y avez assez réfléchit, le reste est un travail minutieux plus que compliqué. L’idée est de donner corps à l’image, au texte. Donner, littéralement, du relief à votre hisoire. En ajoutant des ombres, en faisant jouer la lumière. En éclairant, pour votre histoire, une psychologie de personnage, une description de lieu, en ralentissant le rythme par une narration. Bref, en donnant littéralement corps à tout ce que vous avez écrit avant !

 Pour résumer

Pour résumer : en dessin comme en écriture, il faut éviter certains écueils, et il est préférable de commencer par :

Les formes fondamentales, ou les éléments clés. Qu’ils ne soient pas esthétiques ou artistiques, pour le moment, on s’en fout. Cela vous aidera à garder une vision d’ensemble, et placer correctement les éléments les uns envers les autres.

Ensuite, restez sur les formes primitives, ou les éléments clés de votre histoire, et ajoutez les aux éléments principaux, pour densifier le tout.

Maintenant que vous avez enfin établit votre « vue d’ensemble » (il est impératif de prendre son temps), vous pouvez (enfin !) vous concentrer sur le détail : créer vos dessins, écrivez votre histoire.

Mais elle manque de relief. C’est la dernière étape, la plus longue et, peut être, la plus plaisante : affiner, paufinez, épurée, vous avez une structure assez solides pour vous amuser.

Et voilà ! Vous avez un dessin !

Et voilà ! Vous avez une histoire !

 Une fois que vous aurez fini le dessin : non seulement vous aurez fini votre travail, mais vous aurez compris les structures internes qui le régissent. Il en va de même pour la construction d’une histoire. Vous aurez créé et, en même temps, vous aurez appris.*

Idem pour l’histoire : en procédant par étapes, non seulement vous écrivez une histoire solide, mais en plus, vous comprenez son fonctionnement interne, ses forces, sa dynamique. Elle vous appartient. Et vous pouvez utiliser cet apprentissage ad vitam ! Elle est pas belle, la vie ?

La semaine prochaine, changement de registre : on verra comment écrire des dialogues percutants ! Rendez vous vendredi, à 18 heures, comme d’habitude !

A bientôt !

 PS : pour voir la vidéo totale du dessin de Pit :

Que voilà !

Et son site, que j’ai personnellement utilisé pour apprendre les bases du dessin (et qui m’a donné envie d’écrire cet article :)) : https://www.apprendre-a-dessiner.org/.

Antonin A.

—-

J’espère que ce conseil d’écriture vous a plu !

Rappel : vous pouvez recevoir les prochains directement dans votre boîte de réception, en vous abonnant à ce blog en haut à droite de cette page (garantie sans spam ;)).

Si vous aimez ces articles, le meilleur moyen de me soutenir, c’est de le partager sur vos réseaux sociaux favoris ;).

D’ailleurs, vous pouvez me suivre :

Sur Facebook
Sur Twitter

Sur Instagram

Pour consulter les autres articles Histoire d’Ecrire, c’est par ici.
Pour en savoir plus sur mon livre Interfeel, cliquez ici !

Enfin, laissez un petit commentaire ci-dessous, sympa, curieux, peu importante ! Le plus important dans un blog, c’est le dialogue !

A propos Antonin Atger

Ecrivain, mon livre Interfeel est disponible aux Editions Pocket Jeunesse : https://www.lisez.com/livre-grand-format/interfeel/9782266248280
Cet article, publié dans Conseils d'écriture, Histoire d'écrire, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s