Histoire d’écrire #34 Comment faire quand on doit écrire, mais qu’on ne veut pas écrire ?

Parfois, la contrainte dépasse l’envie. Parfois, il faut écrire mais, bon sang, l’envie est loin, loin.

Alors comment faire ? Et bien, la première question élémentaire est :

Dois je vraiment l’ecrire ?

Hamlet’s Soliloquy, "To Be Or Not To Be," a Modern English ...
To write or not to write ?

Et oui ! Au final ce texte, cet article, est-il vraiment indispensable ? On a déjà tellement de contrainte dans la vie, pas besoin d’en rajouter :).

Si la réponse à la question précédente est « non », fermez votre ordinateur, écrivez quelque chose d’autre, regardez une série, ce que vous voulez ! Si la réponse est oui, et bien, la suite de cet article est pour vous :

Pourquoi n’ai-je pas envie ?

Pas Envie GIF - Pas Envie Oss117 - Descubre & Comparte GIFs

Est ce un manque d’objectif ? Une fatigue ? Je vous renvoie un cet article si vous cherchez la motivation. N’oubliez pas qu’écrire, ça fatigue. Vous prendriez soin de votre sommeil si vous dormiez tous les jours, non ? Pareil pour l’écriture. Dormez, reposez vous, mangez équilibré, fruits et légumes frais, etc.

Parfois, vous avez trop écrit avant, donc écrire maintenant, non, vous saturez. Faites un break.

Mais parfois, l’envie n’est tous simplement pas là. Et il faut écrire, et créer. Comment être créatif sans l’envie ?

C’est compliqué ! Mais…

Voici quelques astuces qui peuvent vous faire retrouver votre intérêt.

Trompez l’ennui par de nouvelles formes de créativités.

L'ennui rend plus créatif ! Voici pourquoi... - Out the Box
Je te jure que c’est possible, grumpy cat !

Vous pouvez trouver la créativité dans les formes d’écriture les plus routinières.

Vous devez rendre un rapport, ce qui n’enchante pas trop votre fibre d’artiste ? Et si vous vous fixiez pour objetif de n’écriture que neuf mots par phrase, pas un de plus, pas un de moins ? L’intérêt de prendre un travail sous cet angle, c’est que le fond, qu’on estime que vous maîtrisez, s’efface pour la forme, où la contrainte, pour reprendre les grands principes du mouvement Oulipo, génère la créativité. L’autre intérêt d’un tel challenge, c’est qu’il est relativement invisible à la première vue et donc, les récipiendaires de ce rapport, ne devrait voir que le beau texte que vous avez pondu. En plus, il y a toujours un petit plaisir de voir dans un écrit que vous venez de rendre une signature, une personnalisation, invisible aux autres !

Petit exemple personnel : il y a quelques années, j’ai rédigé une lettre de motivation que je n’avais, justement, aucune motivation à écrire. Je le suis amusé à l’écrire en Alexandrin. Douze pieds, des rimes plus ou moins riches. Je n’ai pas eu de réponse mais, au moins, je me suis bien amusé 🙂 – et je ne pense pas que ce soit à cause de mon challenge !

Démarrez !

Les Fous du volant (37)
Ils sont déjà à fond !

Généralement c’est démarrer qui est dur. Telle une eau trop froide à laquelle on s’habitue une fois dedans, parfois, c’est le premier pied, le premier mot, qui pose soucis. Lancez vous ! Qui sait, vous pourrez trouver, sans même le savoir, de l’intérêt au final pour ce texte à l’apparence hermétique.

Changer sa manière de voir le texte.

Lire entre les lignes photo et image | street, 14, noir ...
Cette personne, par exemple, est en train de lire entre les lignes

Parfois, pour trouver la motivation – ou du moins, réduire la non motivation -, il est important de trouver une autre perspective pour appréhender son travail. De même, changer sa manière d’écrire (commencez par le début, jusqu’à la fin).

Écrivez de manière inconsciente.

Bac : Tous les résultats effacés après que le chat de la ...
Ecrire de manière inconsciente, ce n’est PAS faire marcher votre chat sur votre clavier

Ecrivez le texte sans réfléchir. Oui. Bien sûr, il y a aura des coquilles, des fautes. Pas grave. L’important, et de ne pas subir la contrainte du texte. Par la suite, revenez sur ce qui est votre matière première, et peaufinez là, tel un sculpteur méticuleux. Sans réfléchir. Ensuite relisez, et peaufinez. Cette manière de voir votre travail, plus originale, vous semblera plus distrayante.

Ecrivez à l’envers.

[Étale ta science !] Pourquoi les miroirs inversent-ils la ...
Non, pas comme Léonard de Vinci

C’est la méthode que j’utilise pour la relecture (qui, je l’admets, m’insupporte). Si vous avez plus de temps que de motivation, commencez par le dernier paragraphe. Puis remontez, jusqu’au début. Plus long, plus compliqué, mais peut être plus intéressant. De plus, cela vous permettra d’exercer votre capacité rédactionnelle, et votre manière de saisir un texte dans votre ensemble. En sommes, il sera possible d’utiliser ce texte rébarbatif comme entraînement utile pour la suite.

N’écrivez que les passages qui vous plaisent, vous reviendrez sur les transitions ensuite.

Je vous ai déjà parlé de cette méthode pour retrouver la motivation lors de l’écriture de la fiction. C’est, en outre, très utile pour déterminer les éléments clés de votre histoire. Vous pouvez bien sûr l’utiliser pour rendre une rédaction plus aisée. Commencez par l’essentiel. Puis revenez sur le moins important. Encore une fois, vous regarderez l’ensemble de votre travail d’un oeil neuf.

La méthode de dernier recours.

L'effet tunnel n'est pas si loin | Cours du soir au CNAM
Ce n’est pas un effet tunnel, mais la métaphore est là : focus uniquement sur l’objectif, au bout du bout.

Dernière méthode, que j’utilise parfois, mais que je recommande d’utiliser avec parcimonie : le focus. Oubliez tout. Isolez vous complètement du monde extérieur, et avancer. Rien d’autre ne doit exister que cet objectif. Imaginez vous perdu en forêt. Fatigue ou pas, il faut avancer pour s’en sortir. Dans ces conditions « extrême », la notion même de motivation importe peu, car elle ne nous aide pas à avancer. C’est un peu ce qu’utilise l’étudient travaillant la veille d’un rendu ! Peu important la motivation, il faut finir !

Avantage indéniable de cette technique : vous avancez !

Inconvénient majeure : cette méthode vous use, et déteriore, sur le long terme, la motivation et le plaisir d’écrire. A utiliser donc avec parcimonie, et non pas tous les 4 heures du matin la veille d’un rendu !

J’espère que ces conseils d’écriture vous ont plu ! La semaine prochaine, nous verrons l’une des premières questions posées par l’un d’entre vous : à quel temps écrire ? Présent ? Passé ? Futur ? (peu probable !). A bientôt !

 Antonin A.

—-

J’espère que ce conseil d’écriture vous a plu !

Rappel : vous pouvez recevoir les prochains directement dans votre boîte de réception, en vous abonnant à ce blog en haut à droite de cette page (garantie sans spam ;)).

Si vous aimez ces articles, le meilleur moyen de me soutenir, c’est de le partager sur vos réseaux sociaux favoris ;).

D’ailleurs, vous pouvez me suivre :

Sur Facebook
Sur Twitter

Sur Instagram

Pour consulter les autres articles Histoire d’Ecrire, c’est par ici.
Pour en savoir plus sur mon livre Interfeel, cliquez ici !

Enfin, laissez un petit commentaire ci-dessous, sympa, curieux, peu importante ! Le plus important dans un blog, c’est le dialogue !

A propos Antonin Atger

Ecrivain, mon livre Interfeel est disponible aux Editions Pocket Jeunesse : https://www.lisez.com/livre-grand-format/interfeel/9782266248280
Cet article, publié dans Conseils d'écriture, Histoire d'écrire, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s