Histoire d’écrire #42 Comment raconter les scènes d’action ?

Mais au fait, c’est quoi une scène d’action ?

Et bien, au risque de faire criser les réfractares de mon article de la semaine dernière sur la description, une scène d’action est aussi une description… sauf que l’on décrire… une action, et non pas une image fixe d’un paysage, d’un personnage, ou que sais-je.

Cette fois, on décrit un mouvement, et aussi une tension. Voilà le premier point :

L’importance du rythme.

Vidéo Une amusante compil' de chats qui ont le rythme dans ...
Une photo de chatons. Histoire de conquérir Internet

Souvenez vous, il y a sept jours, enfin, une semaine, mon dernier article parlait de la notion de description. J’abordais l’idée du rythme, que j’estimais fondamentale. C’est toujours le cas ici.

Pour info, aussi, même si nous parlons beaucoup d’écriture, je vais faire beaucoup d’analogie avec le monde du cinéma. La raison, complexe et réfléchis, est la suivante : j’aime bien ! (et j’aime le cinéma).

Trop de scènes d’actions tue la scène d’action. Imaginez un bon gros blockbuster américain où littéralemetn, de la première à la dernière minutes, ça bastonne. Au bout d’un moment, vous prenez votre portable, et scrollez sur un site quelconque. Pourquoi ? Simplement que, ici comme ailleurs, la mesure est reine de toute chose. Une scène d’action s’apprécie car le calme, avant dans l’histoire, préparait la tempête.

Aussi, si vous voulez placer une scène d’action, n’oubliez pas que vous avez d’autres outils narratifs, la description, l’introspection, le dialogue, par changer de rythme avant, et / ou après votre scène d’action.

La fusion du fond et de la forme.

[REQUEST] Squirtle and Charmander in the last pose of ...
Imaginez que Végéta est le fond, et Sangoku la forme. Ce sera plus clair.

Mais au fait, qu’est ce que le fond, et qu’est ce que la forme ?

Grossièrement, le font, c’est ce que vous voulez raconter. La forme, c’est comment vous le raconter.

Au final, la frontière est très mince, puisque dès que vous racontez ou synthétisez ce que vous voulez dire, déjà, vous êtes dans la forme. Plus subtile encore, lorsque vous pensez à ce que vous aller raconter, vous entrez dans la forme ! Mais pas forcément celle que vous allez utiliser dans votre roman.

Fond et forme ne sont donc pas deux concepts distincts. Ils sont intrinsèquement liés.

Plus pervers encore : le fond va influencer la forme (logique), mais la forme influe aussi le fond (moins évident).

Prenons pour exemple cet article. Je souhaite parler des scènes d’action. Pour cela, j’écris les différentes parties que je vais aborder (dont celle que vous lisez présentement). Mais rien que le fait de mettre de l’ordre dans mes idées, pour trouver la meilleur forme, va influencer le fond : je vais penser à d’autres aspects. Je vais insister sur certains points, pour remplir mes parties. Au fil de ma plume, par effet de rétroaction, je vais avoir de nouvelles idées, et donc un nouveau fond. Il me semble donc important à la fois d’étudier vos idées dans le fond, mais aussi dans la forme, et surtout l’interdépendance de ces deux concepts.

Pour faire simple dans la tenue de cette article, nous allons simplement dire cela : le fond de votre scène d’action, c’est donc ce que vous voulez raconter. Personnage A se bat avec personnage B, mais en plus ils ont une relation personnelle, et donc au plus des coups qui sont échangés, un grand impact sentimental, et émotionnelle, surgit entre les deux.

Anakin Skywalker and Obi-Wan Kenobi VS Count Dooku and ...
Un exemple de confrontation physique et d’impact mental (qui se terminera par la supression de quelques membres).

La forme, c’est comment vous allez raconter cet évènement. Allez vous alterner scène d’action, dialogues, et introspection ? Allez vous faire une grosse partie baston, puis une grosse partie introspection ? Tout dépend de votre but, de vos intentions, mais aussi, il faut l’avouer, du fil de la plume (au défaut du fil de l’épée, ou du sabre laser).

Mais gardon cette analogie cinématographique. Généralement, quand une scène d’action apparaît, la manière de filmer change. La caméra est secouée. Les plans sont plus courts. Les angles de prise de vue se multiplient. Ou alors, un très long plan séquence permet au spectateur de savourer la performance :

Old Boy. L’exemple le plus emblématique de la bataille en plan séquence. Nous aurions pu citer également Dardevil (série), Kingsman, Il faut sauver le soldat Ryan.

Peut-on retransmettre cela dans un livre ? Et bien oui, et plus encore !

Vous pouvez adapter votre style. Faire des phrases plus courtes (analogie du plan court). Ou au contraire, et c’est à mon sens plus ambitieux, faite des phrases plus longues, plus calmes, pour contraster avec la violence de l’action (analogie du plan séquence).

Ainsi, par un changement de votre style, donc de votre forme, vous pouvez non seulement faire mieux transparaître votre scène d’action, mais en plus lui donner une tonalité particulière, par un décalage entre le fond et la forme.

Qu’est ce qui fait une bonne scène d’action ?

Et pour répondre à cette question, on va poser son opposé : qu’est ce qui fait une mauvaise scène d’action, en livre comme en film ? A quel moment, devant votre écran, vous êtes vous dit : bon, là, y’a de l’action, mais francement je me fais ***.

La réponse à mille points : le manque d’implication. Soit vous savez que le héros va forcément s’en sortir, soit vous ne connaissez les protagonistes ni d’Eve ni d’Adam, donc qu’ils vivent ou qu’ils meurent, franchement…

Une scène d’action est bonne lorsqu’elle est un aboutissement d’une tension. Malgré toutes les critiques que l’on peut émettre à l’encontre de l’épisode 3 de Star Wars, dont est tiré l’image plus haut, on ne peut pas nier une chose : cette bataille, entre un mentor et son ancien élève, entre deux amis, est émotionnellement forte (savoir si le film est parvenu à retranscrire cette émotion est une autre histoire, et à mon avis : non.). Et donc on est concerné par le destin de ces deux héros, que l’on suit depuis trois épisodes, ou plus.

Idem, concernant la vidéo de Old Boy placée plus haut : on a prit le temps de s’attacher au personnage principal. On souhaite qu’il s’en sorte.

Par contre, ce genre de scène d’action :

From 'Age Of Ultron' To 'Iron Man,' Every Marvel Movie ...
Scène d’introduction d’Avenger 2, Age of Ultron

Est à mon sens parfaitement ridicule : même si l’on connait – et qu’on aime – les personnages, on ne connait pas les enjeux, ni les motications des héros. Il n’y a pas de conflit à résoudre (comme à la fin du premier Avengers où les héros mettent leur tension de côté pour affronter un ennemi commun), et surtout, on ne tremble pas pour eux, vu qu’on les sait quand même assez badass pour affronter quelques militaires, même entraînés. Reste l’esthétique, mais cela ne permet que de faire une belle scène d’action. Pas une bonne scène d’action.

Bon Antonin, c’est bien joli, mais pour l’instant tu parles beaucoup de films, pas trop de livres.

J’y arrive, lecteur impatient ! Et justement, cela me permet de montrer l’avantage du livre, pour décire une scène d’action !

La plue value du livre par rapport au film.

bd
L’une des images rigolotes qui compare les livres Harry Potter aux films. Pour le reste : https://hitek.fr/42/harry-potter-livres-films-2-bd_4578

La différence fondamentale entre le film et le livre est la notion introspection. A l’exception du voix off qui raconterait les tourments d’un personnage (ce qui, vous le remarquerai désormais, se trouve surtout dans les films tirés de livre, à la première personne qui plus est), on ne peut que deviner les tourments d’une personne. Par une confession. Une dialogue. Une expression faciale. Un symbole. Un livre, par contre, peut généralement, tout simplement expliquer ce que ressent le personnage à tel ou tel moment, quelque soit le type de narration.

Nous avons vu plus tôt qu’une bonne scène d’action nécessite une implication de la part du lecteur, ou spectateur, pour la scène, pour les personnages. On tremblait devant Games Of Throne, car on savait que les personnages pouvaient mourir. Et justement, le livre, grâce à sa notion unique d’introspection, permet de créer de la matière, de la chaire, autours d’une scène d’action.

D’où l’importance, dans une scène d’action, (restons sur l’idée d’un affrontement de deux personnes), de ne pas se contenter de décrire les coups portés. Passez du temps sur l’état d’esprit des personnages, leur doute, leur tension. Ainsi, le combat du personnage ne sera pas uniquement contre son opposant. Il sera aussi, et surtout, contre lui-même.

J’espère que cet article vous a plu ! La semaine prochaine nous verrons ce sujet à la fois sensible et délicat : comment bien dégommer l’un de vos personnages. Un sujet d’importance, s’il en est. A plus !

Antonin A.

Antonin A.

—-

J’espère que ce conseil d’écriture vous a plu !

Rappel : vous pouvez recevoir les prochains directement dans votre boîte de réception, en vous abonnant à ce blog en haut à droite de cette page (garantie sans spam ;)).

Si vous aimez ces articles, le meilleur moyen de me soutenir, c’est de le partager sur vos réseaux sociaux favoris ;).

D’ailleurs, vous pouvez me suivre :

Sur Facebook
Sur Twitter

Sur Instagram

Pour consulter les autres articles Histoire d’Ecrire, c’est par ici.
Pour en savoir plus sur mon livre Interfeel, cliquez ici !

Enfin, laissez un petit commentaire ci-dessous, sympa, curieux, peu importante ! Le plus important dans un blog, c’est le dialogue !

A propos Antonin Atger

Ecrivain, mon livre Interfeel est disponible aux Editions Pocket Jeunesse : https://www.lisez.com/livre-grand-format/interfeel/9782266248280
Cet article, publié dans Conseils d'écriture, Histoire d'écrire, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s