Histoire d’écrire #47 Comment relire ?

La relecture d’un texte est compliqué, pour de nombreuses raisons. Voilà pourquoi (liste loin d’être exhaustive) :

  • Vous avez fini votre livre. En même temps vous ne l’avez pas fini. Cette notion d’entre deux n’est pas agréable à tenir. Un peu comme si vous étiez assis entre deux chaises.
Dips - Musculation pectoraux et triceps
Tentative de survie entre deux chaises
  • Après l’écriture d’un roman, généralement, plusieurs mois, vous êtes vidés. Comme après une période intense au boulot, votre corps, votre esprit ont tenus le coup jusqu’à la fin de l’écriture et se disent maintenant « hop ! C’est fini ! » et hop, relâchement immédiat, torpeur, etc. Sauf que non, ce n’est pas fini !
  • Non seulement ce n’est pas fini mais qu’en plus, allez, on va se l’admettre, la relecture, c’est chiant. Nécessaire, mais chiant. Il n’est plus question de créativité ou d’imagination, simplement de finalisation, de correction minutieuse, de détails tatillons. Et c’est long.
  • Et frustrant. Généralement, lorsqu’on termine un texte, on le garde en tête avec les lunettes roses de la nostalgie. On l’imagine parfait. Après tout, on a tellement sué : heureusement qu’il est parfait !
  • Et la relecture, avec son œil d’aigle mais parfois, aussi, de vautours, va nous pointer du doigt tous les petits défauts que l’on a pas vu, ou refuser de voir, à l’époque. Et ce ne sont plus de gros problèmes de narration (enfin, je l’espère pour vous), mais une multitude de petits détails, car des grains de sable qui vous font crisser des dents.

Y’a-t-il une seule relecture ?

On dit souvent « la » relecture. Selon moi, il y en a plusieurs. A titre personnel, je distingue trois catégories :

  1. La relecture de fond (voir si tous les évènements s’enchaînent correctement),
  2. La relecture de forme : voir si c’est bien écrit). L’attention est alors porté sur le style, sur les tournures de phrases, le rythme, si votre histoire est bien retransmise à travers les mots.
  3. Relecture orthographe : voir si c’est correctement écrit. On s’occupe désormais de la syntaxe. Être certain que les mots soient bien écrits, les phrases complètes.

Or, je ne sais pas vous, mais moi, je ne peux pas me concentrer sur les trois types de relecture en même temps. Je reviens dingue. Mais alors, il faut relire son texte TROIS fois ? C’est bien possible ! (même si cela dépend de chacuns). Voici dans tous les cas une foule de conseils pour vous aider :

Mes conseils

Prenez votre temps !

Ne fait pas la relecture juste après la pose de votre point finale, croyez moi, ça va vous rendre fou ! Psychologiquement d’abord, si vous enchaîné écriture par relecture, vous aurez l’impression qu’il s’agit d’un petit boulot, allez quoi, une heure ou deux.

Relire, c’est long (et chiant, mais je l’ai déjà assez dit). Il faut l’admettre. Donc voyez cela comme une tâche importe, qu’il faut séparer de l’écriture. Et puis, laissez passer du temps. Six mois, si vous le pouvez, pour souffler un peu. Et congratuler me vous, que diable ! Oui, ce n’est pas encore finis, mais vous avez fait le plus dure ! Reste le plus chiant, certes, mais n’y pensez pas tout de suite.

Commencer par le fond

Commencez par la relecture de fond, celle où vous modifier le sens de votre histoire. Obviously, puisque les modifications indues par cette dernière vont impacter les deux suivantes. Mais restez sur celle ci. Il est tentant de corriger la faute, là, que vous voyez, mais vous allez vous éparpiller. Au pire, soulignez, surlignez… Mais ne corrigez pas !

Écoutez de la musique.

Il m’est toujours compliqué d’écrire en écoutant de la musique. Quand je le fais, je choisi des morceaux que je connais par cœur, ou des musiques sans parole, ou soft, comme le classique ou le Trip Hop, histoire que mon esprit ne s’accroche pas sur le son, mais sur l’histoire sur laquelle je travaille.

Sauf… pour la relecture ! C’est tellement chiant que, au contraire de l’écriture, où toute mon attention doit être sur mon travail, là, je n’ai qu’un souhait : que mon attention aille ailleurs ! J’en profite donc pour découvrir de nouveaux groupes, de nouveaux chanteurs, idéalement non francophone, histoire de ne pas être attiré par le sens des paroles. Vous trouverez rapidement votre paylist pour l’écriture (si vous êtes plus productif avec), et pour la relecture.

https://i0.wp.com/englishonthe.net/wp-content/uploads/2012/12/relecture.jpg
Musique et café : l’attirail complet du petit relecteur.

Connaissez-vous

Quand êtes vous mieux à l’aise pour la relecture de fond ? Pour l’orthographe ?

Votre esprit ne fonctionne pas pareil le matin à midi après le repas le soir ou en pleine nuit à vous de vous connaître découvrir et à quel moment par exemple vous êtes dans un bon état pour simplement vous concentrer sur l’orthographe de quel à quel moment vous êtes apte à faire une voiture plus en profondeur ou simplement me concentrer sur la forme une fois que vous savez cela choisissez les chapitres à travailler ou fonction niveau de relecture et on sait vous.

Alternez les types de relecture.

Je vous conseille de passer d’une relecture à l’autre en fonction du chapitre. Avancez sur différents chapitres à la fois.

Voyez les différentes relectures comme des « couches », que vous posez les unes sur les autres. Rien ne vous oblige à poser la première couche du premier au dernier chapitre, puis de passer à la couche deux, etc. Le fait d’avoir plusieurs chapitres, avec des niveaux de « couches » différents vous permettra de choisir le bon type de relecture, au moment qui vous semblera le plus opportun puisque, ayant suivis le conseil précédent, vous vous connaîtrez, et saurez quand vous êtes le plus efficace.

Déstructurez vos relectures.

Lisez votre histoire de manière déstructurés : commencez par la fin, par le milieu. Cela vous apportera un nouvel éclairage et vous evitera de vous laissez emporter par votre propre histoire (forcément géniale :)).

Par exemple, lire les chapitres dans le désordre vous permettra à la fois de vous concentrer sur la relecture spécifique que vous êtes en train de faire, mais également de sentir si votre texte est assez solide pour que vous vous y retrouviez, même dans le désordre. Enfin, cela vous permettra de voir si votre chapitre, votre paragraphe reste consistant et significatif, même s’il n’est pas directement lié à celui devant, et celui d’après.

Pour la relecture orthographique, idem : relisez en remontant à l’envers, un paragraphe après l’autre. Cela sera moins ennuyeux, vous découvrirez votre histoire sous un autre jour, un autre sens, littéralement, et cela vous permettra de vous concentrer uniquement sur la forme orthographique.

https://tradespecializados.com/wp-content/uploads/2018/01/Imagen-rev-y-correcci%C3%B3n.jpg
Je galère à trouver des illustrations pour cet article. Alors je mets ce que je peux.

L’impression

Imprimez votre texte. Ou, si votre conscience écolo vous titille trop (ce que je comprends tout à fait), convertissez le en PDF, cela marche aussi, par le pouvoir de la symbolique).

L’impression de votre texte vous donnera justement une nouvelle impression. Vous verrez les choses différemment, littéralement avec plus de recul. Il se produira une impression d’achevée, d’irrémédiable, qui justement vous fera réaliser toutes les erreurs que vous ne voyez pas avant, lorsque vous baignez dans ce bon vieux document Word.

Utilisez vos proches, et faites leur confiance.

l’écriture est un acte solitaire c’est sûr mais je pense qu’il est très important de s’entourer d’un groupe de béta lecteurs pour vous conseiller soit tout au long de l’histoire soit à la fin.

Le simple fait de savoir que vous allez leur envoyer vous permettra d’avoir un recul psychologique qui fera ressortir des erreurs autrement passées inaperçues.

Si vos proches sont prêts à vous aider sur la relecture, qu’ils s’agissent du fond :

« Dîtes, les gars, est ce qu’il y a des choses qui vous semblent incohérentes dans l’histoire ? »

La forme :

« Dîtes, les gars, est ce qu’il y a des passages qui vous semblent mal écrits ?

Ou l’orthographe :

« Dites, les gars, est ce qu’il y a des passages qui vous agressent les yeux ? »

Pour le fond et la forme, n’oubliez pas que leur retour ne sont que des conseils, pas des obligations. Et ne prenez pas la mouche s’ils ne sont pas d’accord avec certains de vos choix. Déjà, c’est leur droit le plus légitime (pas la peine de demander des conseils si ce n’est que pour recevoir de la flatterie), et ensuite, ce ne sont que des conseils. Retours bon ou mauvais, cela vous permettra d’avoir des exemples de l’impression que donne votre livre à l’extérieur.

Pour l’orthographe, ma foi, convention syntaxique oblige, c’est un peu plus que des conseils. C’est comme ça où ça ne l’est pas, il n’y a pas (souvent) de débat. NE NEGLIGER PAS l’orthographe. Votre histoire peut être la plus belle du monde, les fautes d’orthographe écorcheront les yeux de lecture, de l’éditeur, qui ne voudra pas aller plus loin.

Certains bétas lecteurs ne peuvent pas s’empêcher de faire des retours sur l’orthographe. Ma foi, tant mieux pour vous !

La différence entre la révision et la relecture (proofreading)
Hop, encore une illustration bien pourrie !

Quelques conseils généraux sur votre relation avec les bétas lecteurs.

  • N’oubliez pas qu’ils font cela pour vous rendre service. Partant de ce présupposé :
  • Ne les pressez pas de vous répondre. Ils ont une vie, qui ne tourne pas uniquement autours de votre livre (ce qui est par contre certainement votre cas).
  • Ne les engueulez pas s’ils n’ont finalement plus le temps de lire votre livre.
  • Ne les engueulez pas s’ils n’ont pas aimés : encore une fois, c’est leur droit le plus légitime.
  • S’ils vous semblent, par contre, un peu trop virulents et blessants, engagez le dialogue (idéalement en face à face, méfiez vous des messages numériques et écrits dans ce cas là). Remerciez de leur retour, mais expliqué que la manière est un peu dur. Généralement, les gens ne sont pas des monstres (je vous promets), ils comprendront.
  • Remerciez les à chaque retour. S’ils ont des questions, répondez-y. Je vous le rappelle, ils prennent, généralement, du temps pour vous aider.
Adaptation / relecture / mise à jour | W&B CREATION
Les illustrations n’ont plus rien à voir avec le sujet maintenant. Plus rien à fout’.

Voilà pour tous ces conseils de lecture lecture et un moment difficile frustrant et pourtant indispensable un texte ma orthographié remettra les éditeurs de la première page même si même si de vivre réveille la meilleure histoire du monde donc ne vous précipitez pas prenez le temps de relire le fond la forme orthographe et seulement après vous pouvez commencer à envoyer votre manuscrit aux éditeurs nous verrons cela une prochaine fois à bientôt.

 Antonin A.

—-

J’espère que ce conseil d’écriture vous a plu !

Rappel : vous pouvez recevoir les prochains directement dans votre boîte de réception, en vous abonnant à ce blog en haut à droite de cette page (garantie sans spam ;)).

Si vous aimez ces articles, le meilleur moyen de me soutenir, c’est de le partager sur vos réseaux sociaux favoris ;).

D’ailleurs, vous pouvez me suivre :

Sur Facebook
Sur Twitter

Sur Instagram

Pour consulter les autres articles Histoire d’Ecrire, c’est par ici.
Pour en savoir plus sur mon livre Interfeel, cliquez ici !

Enfin, laissez un petit commentaire ci-dessous, sympa, curieux, peu importante ! Le plus important dans un blog, c’est le dialogue !

A propos Antonin Atger

Ecrivain, mon livre Interfeel est disponible aux Editions Pocket Jeunesse : https://www.lisez.com/livre-grand-format/interfeel/9782266248280
Cet article, publié dans Conseils d'écriture, Histoire d'écrire, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s